MAYOR OF KINGSTOWN – saison 1

EN DEUX MOTS : A l’heure où la jeune plateforme Paramount + s’est exportée chez nous, retour sur l’une de ses discrètes productions passée sous les radars. Malgré un bon nombre de nouveautés tape à l’œil et aux genres variés (Rabbit Hole, Fatal Attraction, Grease, Star Trek…) la chaîne peut (pour l’instant) uniquement compter sur son prolifique artisan : Taylor Sheridan. Avec la franchise Yellowstone, ses spin-off ou encore Tulsa King, le dorénavant célèbre scénariste américain continue son exploration d’un territoire U.S où règne la violence.

Dans une petite ville du Michigan qui subsiste grâce à la prison locale et la vie policière comme criminelle qui règne autour du centre pénitencier. C’est l’histoire de la famille McClusky…

Allociné

Pour son énième série dont-il signe tous les scripts de cette première saison, Sheridan s’associe avec son ami Hugh Dillon. L’acteur canadien est ici co-showrunner et tient un rôle récurrent d’agent de la criminelle. Comme à son habitude l’auteur de polar présente une facette sombre et réaliste de l’Amérique, régit par un esprit conservateur et une certaine vision de la violence. De son système et des êtres qui le compose.

FAMILY (CRIMINAL) AS USUAL

La famille McLusky sont des courtiers puissants qui s’attaquent aux thèmes du racisme systémique, de la corruption et des inégalités à Kingstown, dans le Michigan, où le secteur de l’incarcération est la seule industrie florissante.

IMDb

Aujourd’hui ce sont donc les terres industrielles et inhospitalières du Michigan qui sont présentées, et les membres gangrénés de la famille McLusky. En son centre les showrunners s’entourent de quelques têtes d’affiche non-négligeable. Jeremy Renner en premier lieu. L’ancien Hawkeye du MCU donne ici la réplique au profil plus souple de Mitch (Kyle Chandler) qui interprète son frère aîné. Derrière eux se dresse la discrète Dianne Wiest dans le rôle dans leur mère opposée au méthodes de ses fils.

Si le scénariste aime les conflits familiaux il n’assaille pas l’intrigue de visions qui s’opposent entre ses membres, fort heureusement. Bien au contraire, cette première saison consistante de 10 épisodes navigue entre les genres et consolide son intrigue avec soin. Drame, Thriller, et Policier sont ici exploités avec rigueur et rythme dans un récit sans concessions.

Son pilote de plus d’une heure, et qui à pour titre le nom du show, le prouve avec un twist meurtrier impitoyable. De là, la saison ne cesse de nous surprendre par son sens de la narration bien ficelé. Pour ce faire l’auteur décrit sa tête d’affiche comme un homme détaché et sans buts. Et qui navigue entre les actes légaux et illégaux. De ses antécédents à son caractère taciturne et solitaire, Jeremy Renner incarne et enfile parfaitement ce nouveau costume.

Heureusement encore, ce Maire de Kingstown ne compte pas uniquement sur lui-même dans ses galères et ici la narration gâte son intrigue d’une multitudes de profils. Des forces de l’ordre aux détenus/criminels qui pullulent, la série multiplie les points de vue. Sommairement, succinctement, ses différents regards composent et tissent la toile géante de Kingstown. L’aspect et le nombre peu paraître vertigineux, mais à la manière d’un The Wire (en plus pêchu, moins réaliste) le tout demeure lisible.

CONCLUSION

Malgré des thèmes éculés sur la vision masculine comme féminine la série dépasse ses conditions pour en tirer le meilleur. Par exemple, les forces de l’ordre sont des cow-boys qui n’écoutent qu’eux-mêmes tandis que notre héros va désespérément sauver un ange brisé (Emma Laird, belle révélation). 

Demeure une indéniable efficacité. Un irrésistible savoir-faire à l’américaine. De l’enceinte extérieure jusqu’à la prison même vu les dénouements tragiques qui s’y déroulent. Ses derniers épisodes le prouvent bien dans un chaos ambiant saisissant.

Après une fin de saison assez renversante et explosive Mayor of Kingstown s’avère être une solide incursion dans les genres qu’elle aborde. En revanche Taylor Sheridan n’a jamais été meilleur que sur le court terme. (Il suffit de voir la force de ses œuvres adaptées sur grand écran). Reste donc à découvrir le traitement et la suite de cette série, notamment dans notre ère sérielle parfois délicate.


Les + :

  • Une autre ville et un autre système à l’américaine sans concessions
  • Sa très large palette de protagonistes, récurrents jusqu’à éphémère
  • Des genres abordés (Drame, Thriller, et Policier) parfaitement exploités
  • Le savoir-faire indélébile de Taylor Sheridan pour un rythme très efficace

Les – :

  • Des thèmes et un classicisme un peu éculés par son auteur

MA NOTE : 15.5/20

CRÉATEUR(s) : Taylor Sheridan & Hugh Dillon

AVEC : Jeremy Renner, Dianne Wiest, Taylor Handley, Hugh Dillon, Tobi Bamtefa, Derek Webster, Emma Laird, Pha’rez Lass, Hamish Allan-Headley, et Aidan Gillen,

mais aussi : Andrew Howard, James Jordan, Necar Zadegan, Nishi Munshi, Michael Beach, Jose Pablo Cantillo, Natasha Marc, Nichole Galicia,

Rob Kirkland, Adam Clark, Jason E. Kelley, Mandela Van Peebles, George Tchortov, Derek Basco, et Kyle Chandler (…)

ÉPISODES : 10 / Durée (moyenne) : 52mn / DIFFUSION : 2021-22

GENRE : Drame, Thriller, Policier / CHAÎNE : Paramount +

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *